Faire son voyage à vélo : un loisir particulier

Si pour les enfants le vélo est un simple jouet, pour les grands, il s’agit de l’un des moyens parfaits pour faire de l’exercice. Par contre, pour les amoureux des voyages, le vélo est l’un des moyens pratiques. De toute, façon que le vélo serve aux petits, aux grands ou aux voyageurs, nous ne pouvons lui retirer son caractère d’outil de loisirs. Et si vous pensez que vous pouvez uniquement vous détendre avec votre vélo sur une piste, sachez que vous pouvez également vous amuser avec votre vélo lors d’un voyage.

Le voyage à vélo : un loisir des temps anciens

Nous avons tous déjà pensé que le voyage à vélo est une pratique des temps modernes. Mais nous devons noter qu’avant l’avènement des automobiles dans les années 20, les vélos étaient les seuls moyens pratiques pour se déplacer sur de longues distances. Les randonnées faites à vélo étaient même la cause du l’essor des voyages à travers le monde entier.

Ainsi, les randonnées à vélo d’alors étaient l’œuvre de plusieurs journalistes, professeurs et ingénieurs. De plus, à cette époque, ceux qui faisaient leur randonnée à vélo étaient des bourgeois.

Le voyage à vélo : un loisir qui renaît

À la date d’aujourd’hui, les voyages à vélos reprennent vie. Vous pouvez vous y inscrire si vous désirez y participer. Mais vous devez noter que les itinéraires sont différents ainsi que leur niveau de difficulté.

Tout compte fait, ces voyages à vélo sont à la fois des moments :

  • De challenge ;
  • De plaisir ;
  • D’amusement.

Le voyage à vélo : un loisir promu

C’est avec la renaissance des voyages à vélo qu’a vue le jour le terme cycloter qui veut dire voyager à vélo en globe-bikeur. Ce même terme sous-entend faire du tourisme. Cela signifie que cycloter n’est pas un terme destiné aux professionnels du cyclisme. Mais c’est plutôt un terme adéquat pour les fans de voyage.

Ainsi, lors de vos voyages à vélo, tout vous est permis. D’autant plus que de nombreux pays promeuvent ce loisir en créant des itinéraires cyclables sécurisés. Il y a par exemple de ces cycles entre Athènes et Norvège puis entre la côte Basque et la Bretagne.