Crampes abdominales pendant la grossesse – vais-je fausse couche ?

Dr Attila Rajnai, obstétricien-gynécologue du Centre gynécologique, nous a dit ce qui pourrait causer des crises et quand penser à plus de problèmes. Peu importe quelle phase de grossesse c’est !

A lire également : Ce qu'il faut savoir sur le diabète

Premier trimestre

Les

crampes dans le bas-ventre peuvent survenir à n’importe quel stade de la grossesse, mais peu importe quelle semaine, l’intensité et la fréquence des crampes que la femme enceinte éprouve. Au début de la grossesse, l’instillation peut être accompagnée d’une plainte, il est facile de confondre avec le SPM, et souvent à ce moment la femme ne connaît même pas son état.

A lire en complément : 8 aliments à éviter si vous avez des douleurs à l’estomac douleur

Latension abdominale inférieure au cours du premier trimestre peut également être une conséquence de la constipation ou d’une augmentation de la formation de gaz. Dans ce cas, l’utilisation de préparations de siméthicone peut également être envisagée, ce qui peut résoudre les plaintes dans un court laps de temps et sont sans danger pour le bébé.

Deuxième trimestre

Au fur et à mesure

que l’utérus se développe, les ligaments qui le soutiennent s’étirent, que la femme enceinte peut éprouver comme des douleurs abdominales. Cependant, cela peut généralement être distingué des autres crampes par le fait qu’à ce moment, une partie de l’abdomen, d’un côté, fait mal. En outre, il peut y avoir une cicatrice d’une chirurgie précédente – même une césarienne plus tôt – qui peut également se manifester par des plaintes abdominales.

Troisième trimestre

Au troisième trimestre, les crampes et les coliques peuvent devenir plus fréquentes (le durcissement peut survenir chez plus de parents même au 2ème trimestre). En fait, les contractions utérines dites Barxton-Hicks qui se préparent à l’accouchement. Certaines personnes le ressentent pendant des mois, quelques semaines ou quelques jours avant l’accouchement. Ce qui est important est qu’il n’est pas fort, régulier, et la femme enceinte éprouve moins de 10 fois par jour (si la femme enceinte est avant 37,semaine, elle peut également avoir une naissance prématurée). Il vaut également la peine de savoir que dans le dernier trimestre les mouvements fœtaux du bébé

Enfin, il convient de mentionner les douleurs de divination régulières indiquant l’approche de l’accouchement. Ils peuvent sortir à tout moment après 37.semaine et sont initialement irréguliers et deviennent plus tard réguliers. (Cela vaut la peine d’aller à l’hôpital avec 5 minutes de contractions).

Quand le spasme indique-t-il une fausse couche ou une naissance prématurée ?

Il est très important de distinguer les convulsions qui indiquent une fausse couche/naissance prématurée des conditions normales. La première et la plus importante règle est que si le spasme est fort, fréquent, régulier, alors assurez-vous de consulter un médecin, même si elle n’est pas accompagnée de saignement ! Le gynécologue examine ensuite l’état du col de l’utérus, les signes de vie du bébé, le placenta, recherche des signes d’infection, et met la femme enceinte à ctg/nst dans le cas d’une grossesse avancée.

Le Dr Attila Rhnai recommande, en cas de convulsions, que la femme enceinte doit d’abord se reposer et prendre des doses élevées de magnésium qui peuvent être dissous dans l’eau. Cependant, si le spasme dure longtemps, en plus, il s’accompagne de saignements, ou même la plainte ne disparaît pas, consultez un médecin dès que possible !

Heureusement, des doses plus élevées de magnésium et de repos au lit aident souvent, mais sinon, il y a un risque de fausse couche/naissance prématurée, mais cela peut encore être arrêté, dans de nombreux cas avec une thérapie médicale appropriée, séjour à l’hôpital.

Centre Gynécologique